Ce i sans tête

                                       lensommeillement de cet arbre qui larve percute tout ce qui rime

                                                                                  avec la nonchalante ardeur du jour

                       pour que ce i sans tête m’obsède

                             il doit avoir la couleur du i grec

                                    et le goût d’une mer de sel escarpée

 

                                                     qu’en lui résonne la barbarie oubliée des temps de guerre

                                         l’écume nourrie de la pensée et ses souvenirs

                 qui tremblent comme les feuilles de l’orme

                                              sous les coups répétés du vent tempétueux qui n’épargne rien

                                qui n’oublie rien et qui colporte bonne ou mauvaise nouvelle

 

           j’essuie le temps avec la vaisselle propre

j’essuie le temps avec mes manches

                                                      et je bave d’avoir trop parlé

 

               tout cela

mascarade     parades masquées

                                  est bientôt terminé

 

                                                           tout s’achève

 

                                                                                                tout s’écoule et se magnifie

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *