Le Neptune – épisode 1/2

LE NEPTUNE
Établissement de spectacles véritables
Quatre salles
un théâtre (350 places)
une salle de concert (275 places)
une salle de projection (175 places)
un studio de cinéma
Tous les soirs à 20 heures, venez tenter votre chance !
Spectacles uniques en leur genre.

Le Neptune est un établissement de spectacle singulier, tout d’abord, de part son architecture qui ne passe pas inaperçue. Sa façade n’est pas frappée d’alignement avec les autres bâtiments de la rue. Elle s’enfonce à angle droit sous un porche qui débouche dans un hall. Chacun des deux murs qui forme l’angle est percé de deux portes et chaque mur est couvert de peintures représentant une diversité de visages expressifs ; un tableau présente l’étude illustrée des maladies mentales ; une frise chronologique déroule l’histoire des utopies ; un Poséidon tend son bras vengeur vers l’horizon immense, fait déferler les flots, les fait rouler puissamment pour engloutir les navires et noyer les naufragés ; des dauphins fragmentés en octogones irréguliers, de noir et de jaune, nagent en ne faisant qu’un ; une vierge agenouillée, les mains nouées et le regard perdu dans son ciel intérieur, implore le secours de dieu ; un taureau démesuré suspend le mouvement de sa virilité massive ; des nus, le corps transpercé d’éclairs, convulsent sans que l’on puisse dire s’ils sont transportés de plaisir ou de douleur.
Partout c’est le bleu qui domine, équilibré ou soutenu par une riche palette de verts et de jaunes. Le blanc et le noir, les nuances de gris, sont utilisés pour accentuer et donner de la profondeur aux sujets peints. Nulle part, il est fait usage du rouge ou de ses dérivés. Aucun violet, aucun orange, pas de rose.
Les visages grimaçants, les corps tendus sont plus angoissants encore par l’absence de carnation. Leur teint est grisâtre, patiné de bleu et d’un jaune évanescent qui apporte la lumière suffisante et insuffle le peu d’humanité nécessaire à semer le trouble dans l’esprit du visiteur.
Une autre particularité marquante du bâtiment est l’imposante sphère bleue, représentation de la planète Neptune, qui est littéralement posée sur le toit et déborde pesamment à l’intérieur du hall. La teinte claire du bleu qu’elle émet, impulse un léger mouvement rotatif et donne à l’ensemble un effet d’étrangeté marine.
Sur la moquette, que l’on imagine blanche, d’immenses tridents indiquent l’entrée des quatre salles. Comme l’annonce l’affiche publicitaire, derrière chaque porte se cachent une salle de théâtre, une salle de concert, une salle de projection et l’entrée d’un studio de cinéma « unique en son genre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *